4 conseils pour bien choisir un crédit professionnel

Bien choisir son crédit professionnel

Création, reprise, développement, fonctionnement, les raisons sont nombreuses pour que les entreprises aient besoin d’un financement. Mais comment s’y retrouver parmi toutes les offres et obtenir celui qui convient à votre projet ? De la définition de vos besoins au montage de votre dossier, vous devez être attentif tout au long de vos démarches pour concrétiser votre demande de prêt. Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici 4 conseils pour bien choisir un crédit professionnel.

1 – Définissez vos besoins en financement

Les crédits professionnels s’adressent comme leur nom l’indique à tous les professionnels reconnus comme tels. Ainsi, il permet de couvrir le financement aussi bien d’une start-up que d’un agriculteur en passant par les commerçants, les artisans, les multinationales ou les freelances. Et évidemment, chaque professionnel à ses propres besoins de financement.

C’est pourquoi il est important de cerner et définir précisément à quoi va servir l’argent que vous allez emprunter. S’agit-il de lancer votre entreprise, d’acheter du matériel, de reprendre une entreprise ou d’investir dans l’immobilier ? À chaque type de demandes correspond un crédit adapté.

Ainsi, en fonction de vos besoins et de la taille de votre structure, différentes solutions de crédit s’offrent à vous. Il y a par exemple le crédit amortissable (le prêt classique), le crédit-bail, le crédit renouvelable, etc.

2 – Renseignez-vous sur les différents types de crédits professionnels

L’offre de crédit professionnel s’est considérablement étoffée au cours des dernières années. Les banques et les courtiers proposent aujourd’hui des crédits adaptés à tous les profils. Pour bien choisir votre crédit professionnel, vous devez déjà identifier les différents produits disponibles sur le marché.

Le crédit amortissable

C’est le prêt le plus courant, la version « professionnelle » du crédit pour les particuliers. Il s’agit d’un crédit pendant lequel vous remboursez le capital et les intérêts tout au long de la durée du prêt. Il s’adresse plutôt aux sociétés et aux entrepreneurs qui ont la capacité de réunir un apport d’environ 20 %, surtout en matière de création ou de reprise d’entreprise.

Ce type de crédit peut se faire à court ou à long terme. Il sert à financer aussi bien des facilités de caisse (fonds de roulement, découvert) que pour investir dans l’immobilier.

Le microcrédit professionnel

Il s’agit d’un prêt limité à 10 000 €, sur une durée de 2 à 7 ans accordés aux créateurs, repreneurs ou auto-entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit classique. Pour pouvoir en bénéficier, l’entreprise doit répondre à 4 critères :

  • avoir moins de 5 ans ;
  • présenter un garant à hauteur d’au moins 50 % de la somme empruntée ;
  • avoir déjà eu un refus de prêt ;
  • exercer son activité exclusivement en France.

Ce sont des organismes spécifiques qui proposent le microcrédit professionnel. Le principal organisme en France est l’ADIE (Association pour le Droit à l’Innovation Economique). Il faut noter que certaines banques nouent des conventions avec ces organismes de microcrédit professionnel, telles que La Nef. Enfin, d’autres acteurs proposent aujourd’hui directement des crédits pour les auto-entrepreneurs qui rentrent dans cette catégorie de microcrédit.

Le crédit-bail ou leasing

Le crédit-bail, ou leasing, offre aux professionnels la possibilité de louer des équipements neufs à un établissement de crédit pendant une période fixe, avec option d’achat. Ce type de crédit est de plus en plus connu pour les véhicules professionnels, mais aussi les engins agricoles ou encore du matériel informatique. À l’issue de la période de leasing prévue par le contrat, vous pouvez acheter les équipements concernés à leur valeur résiduelle, ou cesser de les utiliser.

Ce type de crédit vous permet d’avoir accès à des biens trop chers pour votre entreprise, et d’en jouir pendant plusieurs mois ou années avec une option d’achat. C’est une solution pratique le temps de vous constituer une trésorerie pour acheter les équipements dont vous avez besoin, ou pour bénéficier de matériel performant et moderne.

L’affacturage ou factoring

Bien moins répandu, mais avantageux pour les entreprises qui y ont recours. L’affacturage consiste à confier son compte à une société d’affacturage (aussi appelée factor) en échange d’une certaine somme. Cette procédure présente le double avantage d’offrir un financement immédiat et de se libérer de la gestion de son compte.

Le prêt in fine

Ce prêt s’adresse aux entreprises déjà solides financièrement. Il s’agit d’un crédit à taux fixe, non-amortissable. Pendant toute la durée du prêt, vous remboursez uniquement les intérêts et l’assurance du crédit, avant de solder le montant emprunté en une seule échéance. Pour s’assurer du bon remboursement du crédit, les banques imposent souvent aux entreprises un versement mensuel sur un produit de placement. Ce prêt présente surtout un intérêt fiscal.

Le prêt d’honneur

Afin de faciliter la création et la reprise d’entreprise, le prêt d’honneur est un crédit à taux zéro à moyen terme. Il est remboursable sur 2 à 5 ans avec une franchise possible d’un an. Il doit servir à boucler le financement de votre projet, en vous aidant à obtenir un crédit professionnel classique par exemple.

D’autres types de prêt sont également possibles, tels que le crédit revolving, le crédit de campagne, ou le crédit de trésorerie, mais ces derniers sont plutôt des solutions de financement à court terme.

3 – Préparez un dossier solide

Quel que soit le type de crédit sollicité, vous devez préparer un dossier solide avant d’effectuer votre demande de prêt professionnel. Pour cela, vous devez réunir un certain nombre de documents reprenant les éléments financiers prouvant votre capacité de remboursement, mais aussi des devis, un business plan, etc. Soyez vigilant et n’omettez aucune pièce justificative, cela retarderait l’obtention de votre crédit.

Pour vous faciliter la tâche et ne rien oublier, vous pouvez avoir recours aux services d’un courtier en crédit professionnel. Ce spécialiste connaît parfaitement les différents prêts proposés par son réseau. Il peut vous accompagner pour monter un dossier solide et complet à présenter aux organismes financiers.

4 – Faites vos demandes et comparez

Votre dossier de crédit est prêt ? Il ne vous reste plus qu’à le déposer et à comparer les offres !

Vous pouvez bien sûr déposer votre dossier directement auprès de votre banquier qui se chargera de l’envoyer au siège pour qu’il soit étudié. Mais ce n’est pas la seule solution !

Il est possible de faire votre demande de prêt professionnel en passant par un courtier en ligne. L’avantage est que vous ne déposez qu’une seule fois votre dossier auprès de plusieurs de plusieurs établissements bancaires. Vous obtenez ainsi directement une ou plusieurs offres de crédit, sans avoir à prendre un rendez-vous dans chaque banque. Vous pouvez alors étudier seul, ou avec votre courtier, celle qui est la plus adaptée à vos besoins.

Faire un prêt professionnel ne s’improvise pas. Cela suppose une connaissance approfondie de vos besoins en financement, de votre capacité et des types de crédits professionnels auxquels vous pouvez prétendre. N’hésitez pas à vous faire accompagner pour préparer et déposer un dossier solide et n’avoir plus qu’à comparer les offres !

1