Plateformes de freelancing de graphisme : quelles différences ? 

Plateformes de graphisme : quelles différences ?

Sur le web, on retrouve quelques plateformes de graphisme qui permettent de mettre en relation entreprises et graphistes. Parfait lorsque l’on cherche à refaire son logo, sa charte graphique ou que l’on veut redonner un coup de jeune à sa stratégie de marketing digital. On retrouve sur ces plateformes web les meilleurs profils de designers qui proposent leurs services pour collaborer sur de gros projets créatifs. Mais, on a pas forcément envie de passer un temps fou à faire le tour de toutes les plateformes du genre. On a décidé de décrypter pour vous les plus gros sites du marché.

Graphiste.com

Les vendeurs doivent candidater 

Sur Graphiste.com, les entreprises publient leurs offres de missions. Ce sont alors les graphistes qui postulent aux projets qui les intéressent. Ils doivent donc prendre du temps pour prospecter et être à l’affût des nouvelles offres postées sur la plateforme. Temps qu’ils pourraient passer sur leur travail. Une fois que le graphiste freelance a postulé sur une offre, il doit attendre que le client ait choisi parmi les meilleurs profils de freelances qui ont candidaté. Le choix se fait selon l’expérience et le profil des indépendants, car il n’y a aucune communication entre client et prestataire avant de commencer le travail. 

Clients et graphistes doivent payer pour utiliser la plateforme

Qu’on soit freelance ou client, pour avoir de la visibilité sur le site Internet, il faut payer. Le client doit débourser de l’argent pour mettre en avant son offre de travail. Le graphiste indépendant quant à lui va payer pour être candidat. En effet, il doit acheter des crédits sans quoi, il ne peut rien faire sur la plateforme. Plus il va dépenser de crédits plus sa candidature sera mise en avant. Bien sûr, il n’a aucune garantie d’être retenu pour le travail pour lequel il postule. 

99designs

Les designers doivent postuler pour s’inscrire sur la plateforme

99designs est une plateforme qui n’est pas accessible librement. On s’explique. Tous les nouveaux designers doivent envoyer leur candidature lors de leur inscription pour pouvoir utiliser la plateforme. Pour cela, ils doivent faire un exercice de design qui sera alors évalué par l’équipe de la plateforme de graphisme. Si le niveau du freelance est considéré comme étant insuffisant, leur inscription ne sera pas acceptée sur la plateforme. Il peut cependant postuler une seconde fois, mais seulement un an après le premier essai. Après, il n’a plus le droit à l’erreur. En effet, s’il n’est toujours pas accepté la seconde fois, sa candidature est refusée de façon permanente. 

Une fois accepté, l’indépendant obtient un des 3 niveaux de qualité proposé par le site : émergent, intermédiaire ou expert. Ce niveau est déterminé selon le travail test envoyé lors de sa candidature. Selon son niveau de compétences, on va avoir accès à divers avantages. Les niveaux les plus élevés auront : 

  • Accès à des missions mieux rémunérées.
  • Plus de visibilité sur la plateforme.
  • La possibilité d’être payés plus rapidement.
  • Des frais prélevés par la plateforme plus faibles. 

Le meilleur design reçoit la rémunération 

Les clients mettent en place des concours avec un brief, un projet de service. Ils définissent le prix à gagner et choisissent parmi l’ensemble des travaux reçus celui qui correspond le mieux à leurs attentes. C’est alors ce travail qui recevra le prix mis en jeu.

Pour mettre en place ce concours, le client a le choix entre différents packs de prix : 

  • Un pack bronze et silver pour les clients avec un petit budget. 
  • Un pack gold pour pouvoir travailler avec des designers de niveaux intermédiaire et expert. Car oui, toutes les missions ne sont pas accessibles à tous les designers de la plateforme. Cela dépend du niveau qui leur a été donné par l’équipe du site. 
  • Un pack platinum pour travailler avec des designers de niveau expert. 

Bien sûr, plus le pack choisi permet d’écrémer les designers, plus il faudra dépenser d’argent. Les prix proposés aux prestataires sont alors eux aussi plus élevés. 

Je commence à vendre mes microservices sur 5euros !

 

0